Château de Falaise
le château de Falaise, Calvados, Normandie
Le château de Dieppe
Château de Dieppe, Normandie
Guillaume le Conquérant
Guillaume le Conquérant, Falaise, Calvados
Château Robert le Diable
Château Robert le Diable, Moulineaux, 76, Normandie
Le Mont Saint Michel
Mont Saint Michel, Normandie
Jardin à la française
Château de Vendeuvre, jardin à la française
Milord, Haras du Pin
Un Milord, Musée Haras du Pin, Orne, Normandie

  Rouen, meurtre d'un évêque

On ne peut relater l'histoire de ce crime sans évoquer tout d'abord le personnage sauvage, malsain , immoral et criminel : FREDEGONDE, reine de Neustrie dont le souvenir est sans aucun doute l'un des plus sinistres des temps mérovingiens.

Elle est l'exemple de ce que l'ambition pour le pouvoir peut engendrer lorsque barbarie et crime deviennent des moyens courants de gouverner. Sans doute fut-elle à bonne école, partageant la vie auprès de cet homme CHILPERIC, certes Roi de Neustrie mais dont l'existence s'est surtout résumée en luttes acharnées contre ses propres frères( CARIBERT, GONTRAN et SIGEBERT) notamment pour le pouvoir :

Depuis le décès de son père CLOTAIRE Ier, en 561 son royaume est partagé et CHILPERIC reçoit ce qu'il estime être une mauvaise part , à savoir l'ancien pays des Francs saliens : la Picardie, La Normandie, la Flandre et le Hainaut., avec pour capitales Soissons et Tournai.

Cultivant les vieux démons de ses ancêtres, il montre une méfiance et une haine dévorante à l'égard de ses frères....

Alors qui a réellement organisé la mort de tant de personnes ?…On sait que rien ne peut effrayer FREDEGONDE. Elle était si machiavélique qu'en se promenant dans le palais et rugissant comme une lionne , elle projetait sans cesse de sinistres combinaisons ….. Et si nous racontions cette histoire dont , hélas la ville de Rouen a été le théâtre de toutes ces machinations et de ces crimes... Reprenons chronologiquement les événements du passé

Chilpéric et sa première épouse Audewère

Nous sommes au VI ème siècle sous le règne de CHILPERIC l'un des petits fils du roi mérovingien CLOVIS.

Le roi de Neustrie est très souvent comparé à Néron ou Hérode.

CHILPERIC a vraiment mauvaise réputation, c'est un fourbe cruel et débauché, une demi-brute en proie à des excès de violences incontrôlables......

Il comptait déjà un assez grand nombre de femmes et concubines , mais c'était la coutume ( l'église éditera ses lois sur ce sujet qu'au XI et au XII ème siècle).

L'une d'elles AUDEWERE sera honorée du titre de reine . Au début, le jeune couple semble mener une vie normale. Au moins 6 enfants vont naître de cette union. Le malaise va s'introduire à la cour de Soissons. En effet FREDEGONDE, femme d'une grande beauté, astucieuse et cruelle qui était à la cour du roi va parvenir par quelques sordides machinations et ruses à chasser ce qu'elle estime être sa rivale : la douce AUDEWERE. Celle-ci fut alors répudiée et enfermée dans un couvent au Mans, loin de toute intrigue. FREDEGONDE la remplaça aussitôt dans le lit royal. Cependant la seule existence d'AUDEWERE déplaît encore à FREDEGONDE qui la fait assassiner beaucoup plus tard en 580 avec l'approbation semble-t-il de CHILPERIC.....

Chilpéric et Galeswinthe, sa seconde épouse 

En l'an 567, notre bonne ville ROUEN fut choisie pour la célébration du mariage du Roi de Neustrie CHILPERIC Ier avec GALESWINTHE ( princesse wisigothe de Tolède (Espagne, où régnait son père) Sa sœur BRUNEHAUT qui avait épousé depuis quelque temps SIGEBERT ( frère de CHILBERIC et roi d'Austrasie. ) était évidemment invitée ainsi que son mari au mariage.

Après avoir répudié la Reine AUDEWERE, le roi de Neustrie va envisager une autre union. (A cette époque , CHILPERIC a surtout besoin de cette alliance avec une princesse Wisigothe d'Espagne qui peut lui apporter toute satisfaction.)

Des négociations vont commencer : Le Béarn, le Bigorre, Bordeaux, Limoges et Cahors vont être attribués en dot à GALESWINTHE.De son côté, la nouvelle épouse apportait une dot considérable en argent et pièces d’orfèvrerie …..

FREDEGONDE dissimula difficilement sa colère.... et sa jalousie.... Elle se voyait préférer à une fille de sang royal !....

Un mariage royal à Rouen

De grands préparatifs sont organisés dans la ville pour recevoir dignement la royale fiancée. GALESWINTHE.

Le chemin est très long de Tolède à Rouen. Après avoir laissé sa mère qui l'avait accompagnée jusqu'à la frontière des 2 pays, la jeune princesse continue sa route et atteint avec son escorte les environs de Rouen.

Elle n'est guère rassurée , cette jeune princesse qui n'a accepté qu'avec répugnance les volontés de son père roi des GOTHS,mais elle sait faire bon visage au roi et à son peuple prêts à l'accueillir.

Son arrivée est proche et annoncée aux portes de la ville.. Badauds, curieux se pressent sur son passage pour contempler la princesse dont on vante tant la bonté et la douceur.

Bientôt on perçoit au loin le magnifique cortège composé de seigneurs et guerriers des deux nations. En avant, sur un char de parade élevé en forme de tour, tout couvert de plaques d'argent étincelantes aux rayons de soleil , on peut apercevoir la fiancée du roi de Neustrie, pâle sous ses longs cheveux noirs et toute tremblante d'émotions.

La foule est radieuse. Un aussi beau spectacle ne pouvait qu'apporter un peu de bonheur à toute cette population trop souvent dédaignée par ses souverains.

Quand à CHILPERIC, entouré de ses leudes, assis sur un trône élevé, son long manteau parsemé d'abeilles d'or couvrant ses épaules, sa tête ceinte du diadème royal et ses longs cheveux blonds , tressés en nattes nombreuses, flottant sur son dos, il attendait patiemment sa future épouse......

A l'approche de celle-ci le roi va descendre de son trône pour la recevoir entouré de ses leudes . Le peuple enthousiasme poussait des cris de joie.

CHILPERIC voulait surtout que ces noces dépassent en magnificence celles de son frère SIGEBERT … et de BRUNEHAUT .

Au cours de cette cérémonie, le roi jura de garder fidélité à la gracieuse souveraine et s'engagea à ne jamais renier la fille des GOTHS...... ( il est vrai que GALESWINTHE conservait une valeur aux yeux du roi, car il lui devait l'accroissement de ses trésors.) Mais qui pouvait y croire réellement ?

FREDEGONDE ne supportant pas plus GALSWINTE qu'AUDOWERE, peu de temps après , la REINE GALSWINTE est retrouvée gisant sur son lit. Une main inconnue l'avait étranglée. Encore une fois, la haine et la jalousie avait triomphé.

L'assassinat de cette Reine fut l'origine de la haine que BRUNEHAUT vouait à FREDEGONDE, haine qui enfanta plus de crimes que n'en présente aucune autre époque de l'histoire.......

Chilpéric et Frédegonde, sa troisième épouse

Les plats des funérailles servirent presque au repas de noce........

Après le décès de sa deuxième femme, le roi de Neustrie épouse la très belle ,terrible et habile FREDEGONDE. Par ce mariage officiel FREDEGONDE devient REINE . Pour elle ,la conscience n'existait pas, chez qui l'ambition de la puissance dirigeait la vie. Elle se servait des hommes et des choses avec impassibilité. Ses plaisirs n'étaient que grossiers et cruels. Ses plans diaboliques lui donnaient peu de travail : le poison contre celui-ci, l'exil contre celui-là, faire pratiquer la torture ne l'effrayait pas le moins du monde et supprimer la vie encore moins.. Cependant, dans le même temps, elle mange, elle chante, elle rit, elle peut aller jusqu'à pleurer pour convaincre CHILPERIC. Sans avoir la noblesse de BRUNEHAUT, elle ne manque pas d'une certaine dignité.....

La revanche

BRUNEHAUT n'aura de cesse que de venger la mort de sa sœur . Son mari SIGEBERT va entreprendre de châtier les meurtriers. De plus, ils considéraient que la dot versée à GALESWINTHE devait, à partir de ce jour devenir la propriété de BRUNEHAUT et de ses héritiers.

Pour éviter la guerre, CHILPERIC accepte de payer le prix du sang mais en réalité ne se console absolument pas de la perte de tous ces territoires.Après une courte période paix, en 573, les hostilités sanglantes commencent entre les 2 frères Roi de la Neustrie et l'autre roi de l'Austrasie à laquelle prend part un troisième frère GONTRAN, roi de Bourgogne qui s'allie tantôt avec l'un, tantôt avec l'autre, au gré de ses intérêts.Le roi SIGEBERT finit par avoir la victoire sur CHILPERIC qu'il accule à se réfugier à TOURNAY avec sa femme FREDEGONDE, ses enfants et quelques derniers fidèles.

Sigebert, le roi d'Austrasie à Rouen

Le roi SIGEBERT, lors d'une cérémonie à Vitry en Artois fut élevé ROI DE NEUSTRIE, mais son triomphe fut de courte durée.....

BRUNEHAUT, restée à paris savourait déjà sa vengeance. Elle ne se doutait pas du déroulement sanglant qui l'attendait.

De son côté, FREDEGONDE, une fois encore allait jouer la carte de séduction. Parmi les Francs rester fidèles à CHILPERIC, elle va choisir deux émissaires et les persuader de se faire passer pour des déserteurs près du roi SIGEBERT et d'assassiner celui-ci. Elle ira même jusqu'à remettre aux assassins deux scramasaxes ( de longs couteaux dont la lame est enduite de poison). Convaincus par les arguments de FREDEGONDE, les émissaires arrivent à s'introduire près de SIGEBERT sans défiance., mais en se baissant comme pour le saluer, ils tirent les scramasaxes et percent le roi. SIGEBERT tombe en poussant un grand cri. Nous sommes en l'an 575.

Les deux assassins furent tués

FREDEGONDE peut s'applaudir. CHILDERIC retrouve sans peine le contrôle de son royaume.... C'est au tour de BRUNEHAUT de trembler.....C'était le renversement de ses espérances.....

Brunehaut à Rouen

Captive, BRUNEHAUT doit partir accompagnée de ses enfants, sous escorte pour ROUEN qui lui était désigné comme lieu d'exil. C'en était fait de sa fortune, de sa vengeance. Son odieuse rivale triomphait

Mais l'histoire est loin d'être terminée......

Lors d'une entrevue entre la reine captive et l’aîné des fils de CHILPERIC et AUDOWERE, MEROVEE est frappé par la beauté de BRUNEHAUT. Touché de ses infortunes et de ses larmes, il propose à celle-ci de l'épouser..

Devant l'insistance du jeune homme, au mépris des canons de son ordre , l'évêque PRETEXTAT, son parrain et père spirituel va bénir le mariage du neveu avec sa tante, veuve de SIGEBERT.

Cette nouvelle ne pouvait qu'irriter CHILPERIC qui se dirigea en toute hâte sur ROUEN. Les deux époux vont alors se cacher et se réfugier dans une petite église dédiée à St Martin, construite en bois près de l'endroit où se situe la tour St André.

CHILPERIC n'osant violer cet asile, avec habilité et perfidie il déclare   "puisque telle est la volonté de Dieu, je ne les forcerai pas à se séparer " Il reçut même le couple à sa table avec honneur.

Quelques jours après CHILPERIC donna la liberté à BRUNEHAUT sans lui rendre son époux. Il fit enlever son fils MEROVEE, annuler son mariage, le fit ordonner prêtre malgrè lui puis sur les ordres de FREDEGONDE lui fit couper sa longue chevelure afin de lui ôter à jamais la possibilité de régner...

MEROVEE allait de communautés de prêtres et de moines se former aux habitudes de la vie ecclésiastique. Mais la rage était dans son cœur. Traqué par les amis de son père et de sa belle-mère FREDEGONDE, MEROVEE, ne voyant aucune issue quand à son avenir, demanda à son plus fidèle ami Gaïlen  " je t'en supplie , ne me laisse pas à la merci de mes ennemis, tue moi ". Quand CHILPERIC arriva, il trouva son fils sans vie. Nous sommes en 577.

Tandis que l'évêque PRETEXTAT, il fut condamné par un concile d'évêques en exil sur l'île Jersey.....

On retrouva plusieurs années plus tard BRUNEHAUT, reine d’Austrasie respectée des papes, des empereurs, obéie des grands, et c'est le fils (CLOTAIRE II ) de FREDEGONDE et de CHILPERIC qui fit périr BRUNEHAUT. Lui aussi était animé d'une véritable haine à son encontre puisque, non content de provoquer sa mort, il lui fit subir la torture.

Mort de Chilpéric Roi de Neustrie

Chilpéric était encore dans toute la vigueur et la force de l'âge. Il était à CHELLES (actuellement  Seine et Marne). Au retour d'une partie de chasse, comme il revenait de nuit, il est assassiné en 584. Qui avait intérêt à faire commettre ce crime ? Peut-être encore FREDEGONDE sa femme. ? ….

Son fils CLOTAIRE II devient roi, à 4 mois, sous la tutelle de sa mère FREDEGONDE et la protection de son oncle GONTRAN......( Il faut rappeler que FREDEGONDE avait réussi à faire mourir tous les fils que CHILPERIC avait eu de sa première femme AUDEWERE.)

Retour à Rouen de l'évêque PRETEXTAT

Pendant que FREDEGONDE, impuissante, abandonnée de tous, mais ne s'abandonnant pas elle-même se retirait avec son fils dans la ville de RUEIL près de PONT DE L'ARCHE, une députation du peuple rappelait PRETEXTAT, et l'évêque , escorté d'une foule immense faisait son entrée dans la ville de ROUEN. Son remplaçant l'évêque MELIANTHUS fut chassé immédiatement, et PRETEXTAT repris sa place sur le siège épiscopal.

FREDEGONDE, comme de bien entendu veillait. PONT DE L'ARCHE est tout près de ROUEN . Elle quitta sa retraite pour rencontrer l'évêque et les propos de PRETEXTAT à son encontre l'offensèrent. " En exil ou hors d'exil, j'ai toujours été, je suis et je serai évêque ; mais toi, tu ne jouiras plus de la puissance royale ; de l'exil, nous passerons, avec l'aide de Dieu, dans le royaume céleste ; de ton royaume toi, tu tomberas dans l'abîme ; il vaudrait mieux laisser là tes méchancetés et tes folies, te convertir à une meilleure conduite et dépouiller cet orgueil qui bouillonne en toi , afin que tu puisses obtenir la vie éternelle, et amener à âge d'homme l'enfant que tu as mis au monde." FREDEGONDE n'a pas l'habitude de recevoir tel sermon..... Elle sortit de cette entrevue, pleine d'indignation et de fureur. Elle va encore préparer une nouvelle vengeance........

Meurtre de l’Évêque PRETEXTAT à Rouen

En 586, les fêtes de Pâques étant arrivées, l'évêque se rendit de bonne heure à l'église pour remplir ses fonctions sacerdotales. Attentif à ses prières, il ne voyait pas ce qui se passait autour de lui . Suivant l'usage, le prélat commença le chant alternatif des psaumes, et pendant qu'il s'inclinait pour la prière, un assassin s'approcha de lui et le frappa sous l'aisselle, d'un coup de couteau.L'évêque poussa un cri et appela les assistants à son secours, mais tous, restaient immobiles , frappés d'épouvante. Alors PRETEXTAT étendant vers l'autel ses mains sanglantes, acheva la prière, rendit grâces à Dieu et fut emporté par quelques serviteurs fidèles.

FREDEGONDE eut le toupet de venir le visiter accompagnée de ses leudes "O saint prêtre, lui dit-elle, nous déplorons un si cruel malheur. Plût au ciel que l'assassin fût connu" Cette fausse pitié indigna le moribond " Quel peut-être l'assassin si ce n'est celle qui a égorgé les rois, répandu le sang innocent et commis tant de forfaits dans ce royaume !"

L'évêque de Bayeux Leudevalde fait fermer les églises de Rouen

Suite à ce crime, l'évêque LEUDEVALDE écrivit une circulaire à tous les évêques sur le scandale causé par l'assassinat de PRETEXTAT. Il fit fermer les églises de ROUEN et interdit d'y faire office jusqu'à ce qu'on trouve l'auteur du crime. Cet exemple est unique. C'est le premier qu'on trouve dans l'histoire de l'église.

L'évêque de Bayeux fit arrêter quelques personnes suspectes qui, tous accusèrent FREDEGONDE,et qui pour se justifier s'avisa d'un stratagème qui ne tourna qu'à sa honte. Elle fit prendre un de ses esclaves assassins et le fit cruellement fouetté . Ensuite, elle le livra au neveu de PRETEXTAT où il avoua la vérité sous la torture et sans doute sa mauvaise conscience :

il confessa qu'il avait reçu :

100 sous d'or de FREDEGONDE pour commettre le crime 50 de l'évêque MELIANTHUS 50 autres de l'archidiacre de ROUEN et la liberté lui était promise.....

Le plus surprenant c'est que FREDEGONDE réussit à faire rétablir sur le siège épiscopal de Rouen, encore teint de sang, cet indigne prélat MELIANTHUS qui avait contribué à ce crime..........

" le peuple seul, ne manqua pas à la cause de son évêque assassiné ; il le décora du titre de martyr ; les citoyens de ROUEN invoquaient , dans leurs prières, le nom de la victime et s'agenouillaient sur son tombeau ". (Cheruel) d'après A.Thierry

FREDEGONDE mourut en 597

le mariage de CHILBERIC et de GALESWINTHE fut contracté vraisemblablement dans la primitive église-métropole dont Georges Lanfry a retrouvé les soubassements à l'emplacement de l'ancienne cathédrale. Des fouilles pratiquées en 1954 permirent de retrouver le support de l'autel devant lequel tomba l'évêque PRETEXTAT.

Sources : Normandie guide du livre de poche

Destins de femmes en Normandie

Gabrielle SUEUR-HEBERT

Petite histoire de ROUEN

Achille Lefort La France Pittoresua : article Histoire de France et Patrimoine

Les REINES DE FRANCE Christian Bouyer

Auteur:séléna

Adaptation, co-auteur: Gilles Laffite

Prochain article :Rouen, St Romain et St Ouen

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.