Histoire de Rouen, Francs et Saxons, origine germanique

 Au moment où surgissent les cultes celtiques et romains disparaissent dans les ténèbres, des peuplades Barbares surgissent des brumes du Nord.....

Francs et Saxons ( tous deux, peuple d'origine germanique entrent en scène.....) Deux dates à retenir : en 275 ; les Francs franchissent le Rhin et le Danube pour déferler sur le monde Romain en 286 : les Saxons lancent des raids de pillage de plus en plus réguliers et continus sur toutes les côtes de l'embouchure du Rhin à celle de la Gironde. Les deux grands courants germaniques vont atteindre les côtes de la Manche ( La Normandie actuelle) par terre et mer.

Les Francs, peuple un peu moins violents vont surtout apprécier tout le territoire de l'Ouest ( dont la Normandie). Ils vont donc progressivement y élire domicile,les Saxons eux, vont se concentrer davantage le long des côtes du Bessin , le pays de Caux, la vallée de la Seine, la vallée de l'Orne, l'Eure les Iles Anglo-Normandes...)

Ces conquêtes Franques et ces raids saxons s'étendront sur plus de 5 siècles. Hélas durant cette période , on a peu écrit ou ce que l'on a tenté de préserver a souvent disparu dans le tourbillon des invasions, de plus, on sait maintenant que les mérovingiens ( dynastie franque) n'ont utilisé ni papier, ni parchemin, mais ils ont importé du papyrus pour dresser les actes officiels. Un tel support se conservent très mal sous nos latitudes.....

En 406, une concentration de peuples germains ( jusqu'alors jamais égalé)se pressent aux frontières avec femmes, enfants, troupeaux....... ...fuyant devant la terreur de peuples asiatiques Türkomongols.. LES HUNS.. Finalement les Huns , épaulés de multiples autres tribus franchissent le Rhin au début de l'an 451 pour imposer leur pouvoir à cette partie de l'Europe et rafler ses trésors. A Metz, Verdun, Reims leurs parcours n'est que pillages. On disait même de leur chef ATTILA qu'il aimait l'or, les femmes, le sang . Il était à la fois «  fléau de Dieu » et «  marteau de l'univers ». Il va envahir rapidement une grande partie de la Gaule, où il fut vaincu au cours de cette année 451 à la bataille des champs Catalauniques( entre Châlons et Troyes), par le général romain AETIUS et THEODORIC, roi des Wisigpoths. Cette victoire sauva l'occident. Attila, se replia en Pannonie ' Hongrie).Attila devait mourir peu après, sur les bords du Danube. Son empire ne lui survivra pas.

Il est bien évident que ROTOMAGUS connut une longue période sombre avec toutes ces invasions barbares.....

Nous allons retracer Rouen sous domination Franque...

L'Arrivée des Francs en Gaule

A l'arrivée des Francs, Rotomagus ( Rouen) est déjà une importante ville.

A partir de 476, les tribus franques, profitant du déclin de la civilisation gallo-romaine, occupent peu à peu le nord de la Gaule, s'emparant des terres et des villes.

Les Francs s'étendent comme une coulée de la Flandre à la Beauce, avec une densité très forte dans les actuels départements de l'Oise, de l'Aisne et surtout de Seine Maritime. Ces nouveaux maîtres vont renier leur origine nordique et seront plutôt un facteur déterminant de forte CHRISTIANISATION.

D'autres tribus barbares comme les Wisigoths vont s'installer dans le sud Ouest et en Espagne, les Burgondes domineront la région comprise entre Lyon et Genève et les Alamans vont surtout prendre possession dans les régions situées de part et d'autres du Rhin supérieur.

Un tournant majeur va s'accomplir le 25 décembre 496 : le chef franc CLOVIS reçoit le baptême , mais un baptême qui équivaut à un « sacre » et devient l'acte fondateur des francs instaurant ainsi la Monarchie de droit divin.

Ainsi CLOVIS de païen devient chrétien Il est également le ler souverain issu d'un peuple barbare à choisir le catholicisme. La France est devenue pour toujours la fille aînée de l'église et la Normandie va en profiter pour se couvrir de monastères, églises abbayes telles que Jumièges, Saint Wandrille ou le Mont St Michel aux cours du VII ème siècle)

Les rois mérovingiens et leurs coutumes

Devenus maîtres des Gaules, la langue de pouvoir demeure le latin et non la langue francique. Cependant, il ne faut pas oublier que les rois de la dynastie mérovingienne savaient pour la plupart lire et écrire.

Leur apparence est étonnante. Leurs longs cheveux et leurs barbes leur ont valu souvent une mauvaise réputation, mais en réalité ce n'était qu'un sens de prestige. En effet, on a découvert récemment que les Mérovingiens authentifiaient leurs actes administratifs en déposant quelques un de leurs précieux cheveux dans la cire de leurs sceaux.

Pour se faire respecter, le roi doit avoir un trésor important et des forces militaires prêtes à servir. CLOVIS va entasser l'or sous tous ses aspects et surtout par ses conquêtes guerrières, agrandir considérablement le royaume des Francs.

Délaissant sa capitale SOISSONS, il choisira PARIS comme Capitale. Il y meurt le 27 novembre 511 à 45 ans. A partir de cette époque le royaume est morcelé entre ses enfants. Ils se retrouvent chacun avec une ville emblème pour CAPITALE PARIS pour CHILDEBERT REIMS à THIERRY ORLÉANS à CLODOMIR SOISSONS à CLOTAIRE.

Une logique d'affrontement, exprimant le désir de réunir ce qui vient d'être partagé va animer les fils de CLOVIS. (entre l'aller et le retour, entre fragmentation et réunification, au fils des rivalités et des guerres qui opposent les descendants …) Deux grands territoires se constituent :

l'AUSTRASIE ( entre Rhin, Meuse, la Lorraine avec Metz, l'Alsace.. La NEUSTRIE qui s'étend de la Loire, Paris, Soissons et l'actuelle Normandie.....dont Rouen est l'une des villes principales.

La domination Franque en Normandie

Les rois ont des résidences en Normandie qu'ils visitent assez souvent, attirés par la proximité de forêts giboyeuses , notamment en forêt de Bretonne pour Childebert III, Dagobert III, Etrepagny en Vexin pour Clotaire II et Dagobert Ier et surtout Le Vaudreuil près du confluent de l'Eure et de la Seine où la reine Fredegonde se retira en 584. L'incorporation de nos régions au royaume franc va entraîner un remaniement de structures administratives.

Les provinces disparaissent La circonscription de base est le pagus plus tard appelé comitatus ( comté).

A la tête le Comte , représentant civil et militaire du roi, administre ses droits et ses biens, maintient l'ordre et dirige la justice. Il peut être révocable par le roi. Non rémunéré le comte dispose d'une dotation en domaines, attachée à sa fonction. ( Plus tard , sous le régne de Charlemagne, celui-ci souhaitera constamment une collaboration nécessaire entre comtes et évêques, dont le diocèse avait souvent les mêmes limites que le comté) On en dénombre une douzaine eux-mêmes plus tard divisés en centena qui correspondent environ à nos cantons. Nous connaissons quelques noms de comtes mérovingiens relatifs à nos régions ex : Vaning ( comte de Caux au VII ème siècle et fondateur du Ier monastère de Fécamp.

Cette nouvelle géographie est un des legs les plus durables du régime mérovingien , mais il ne faut pas oublier la loi salique qui régit la Normandie à travers son histoire., dont la première rédaction de l'ensemble de ces lois dates des années 507/511.

Insécurité à Rouen

Au VI et au VII ème siècle les régions de la Seine étroitement liées au cœur du royaume connaissent une époque très instable :

La participation de nos régions apparaît sous 2 faces :

Il y a d'abord une série de drames politico-religieux auxquels évêques et alliés se trouvèrent mêlés ex : cette histoire horrible d'un évêque de Rouen qui fut assassiné en plein office par ordre de la reine Frédegonde …( Nous raconterons cette tragédie dans un prochain article)... L'autre face des relations de la Normandie avec la Couronne est plus pacifique : c'est la prise en main de son corps épiscopal par un milieu issu de la cour royale, à partir du début du VIIème siècle. Le tournant essentiel étant marqué par la nomination de Saint Ouen au siège de Rouen en 639.

Rouen sous la dynastie carolingienne

Comme leurs prédécesseurs, les rois carolingiens ont été des souverains itinérants, et fréquentèrent occasionnellement Rouen.

Charles le chauve résida en Normandie pour des raisons d'opportunité militaire ou diplomatique le plus souvent à Pîtres (près de Pont de l'Arche) et Louviers près de Rouen. Vers 755/765, le fils de Charles Martel REMI fut nommé ARCHEVÊQUE de ROUEN ( le titre venant d'être instauré). Celui-ci servit d'ailleurs d'ambassadeur auprès du pape . Charlemagne vint au moins à deux reprises à Rouen.Il est vrai qu'à l'époque où régnait Charlemagne l'Empire allant des Pyrénées à l'Elbe, la vallée de la Seine semblait moins importante que celle du Rhin.

Rouen , centre de monnaie

Les ateliers monétaires qui existaient à Rouen sous les Romains continuèrent à fonctionner au temps des Francs.sa monnaie rayonnait sur tout l'ouest du pays. A l'époque carolingienne, l'activité maritime est toujours satisfaisante et Rouen était à cette époque chef-lieu de comté et frappait monnaie, ce qui était un facteur d'activité économique .

En 864, le roi de France Charles Chauve limita le nombre d'ateliers monétaires autorisés cependant il maintiendra à la ville de Rouen son rôle monétaire......

le Musée de Rouen possède un joli denier d'argent de Charles Le Chauve, qui a le rare mérite d'avoir été trouvé dans cette même ville.en 1837.

 Sources: Jean Mabire J.R. Ragache Histoire de la Normandie

                M. L'Abbé Cochet Seine-Inférieure historique et archéologique

                Collection dirigée par Ph.Wolff Histoire de la Normandie

                Michel de Boüard Histoire de la Normandie

                Achille Lefort Petite Histoire de Rouen

                Henry Decaëns Histoire de Rouen

Auteur: Séléna

Adaptation, co-auteur: Gilles Laffite

Prochain article:   Histoire d'un crime à Rouen

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.