Jean Nicollet , Originaire du Cotentin, explore le Québec

         A LIRE ABSOLUMENT!           La Nouvelle-France et l'explorateur normand Jean Nicollet

Jean Nicollet, un Normand explore le Québec

Quel destin singulier a pu entraîner ce jeune homme de 20 ans vers des horizons aussi lointains ? Quels étaient ses réels objectifs quand il prit le bateau pour traverser " le Grand Océan " et rejoindre " la Nouvelle France ". Nul ignore ses motivations, mais ce que l'on est certain c'est que ce jeune cotentinais fait partie des hommes illustres dont la NORMANDIE peut s'enorgueillir. Aujourd'hui, en évoquant le parcours de sa vie, on rend hommage à ce grand Monsieur JEAN NICOLLET.

Sommaire

-Jean Nicollet

-Samuel de Champlain

-Première mission

-Seconde mission

- fin tragique

 

Qui est Jean Nicollet ?

Fils de " Thomas Nicollet messager ordinaire du roi entre Cherbourg et Paris " et de "Marie de Lainer native de Hainneville (Manche) ", il serait né vers 1598 à Cherbourg,très probablement. De son enfance, on connaît peu, sinon qu'il a résidé en région parisienne très jeune, dans les années 1605/1606 chez un prêtre exerçant son ministère à Marolles en Brie ( environ de Corbeil).

Départ vers " La Nouvelle France"

nicollet exploration

(Carte de la Nouvelle-France en 1750.En bleu/gris, régions sous influences Françaises,en marron, la Nouvelle-Angleterre, colonie anglaise)

Les circonstances de son départ sont floues. La date exacte nous est même inconnue. Une certitude cependant : Nicollet part pour le compte de " la Compagnie des marchands de Rouen " avec le titre "messager juré de l'Université de Paris "( Nicollet a sans doute été choisi pour ses capacités) . Les jésuites écriront en 1642/1643 "Son humeur et sa mémoire excellente firent espérer quelque chose de bon de lui ". Selon la même source, Nicollet serait arrivé au Québec en 1618, mais il serait revenu l'année suivante puisque le 10 mai 1619 Jean Nicollet est en Normandie où il participe à la rédaction de l'acte de vente d'une terre qu'il possède à Hainneville ( près de Cherbourg ).

A son retour en " Nouvelle France", Jean Nicollet décide de s'installer définitivement. Il y sera commis et " truchement ( interprète en langues indigènes et ambassadeur de bonne entente ). A cette époque " la Nouvelle France " se compose d'une trentaine de personnes entourée de milliers d'indiens. Il ne saurait être question de s'imposer par la force. Il faut nouer des relations de confiance, tisser des liens économiques durables.( Samuel de Champlain,  Administrateur va lui demander d'effectuer plusieurs missions ).

Mais qui est Samuel de Champlain ?

Fils de marin saintongeais, il serait né à Brouage ( Charente-Maritime) vers 1567. Il est surtout, très tôt possédé par le goût des explorations et de l'aventure. Lorsque le gouverneur de la Nouvelle France Aymar de Chastes lui propose un poste d'adjoint, Champlain n'hésite pas. En 1603, trois navires prennent la direction de la haute mer, laissant derrière eux le petit port de Honfleur ( Normandie). Accoudé au bastingage du bâteau de tête, Champlain songe à cette Nouvelle-France pour laquelle il vient de s'embarquer : un territoire presque vierge et réputé dangereux :de hardis marins en rapportent de nombreuses fourrures chaque année, de nombreux bateaux de pêche se retrouvent sur les bancs poissonneux de Terre-Neuve au large de l'Acadie, mais aucune colonie fixe n'a vraiment été installée à terre ... Il faut peupler ces terres lointaines .... De plus on recherche toujours un passage permettant l’accès aux Indes ... Que d'aventures et de travail en perspectives sans oublier l'exploration des terres.....Mais Champlain est courageux . En 1608, il obtient le privilège du commerce en Amérique et décide d'implanter une colonie sur le fleuve Saint Laurent où le contrôle des fourrures serait plus aisé. Mais rien n'est facile. Champlain entraîne son bateau dans les eaux noueuses du St Laurent ( 20 fois le navire chavire) Enfin il découvre une baie tranquille. Il s'arrête à Stadaconé ( Kébec) pour y établir sa colonie. ( Endroit déjà bien connu des Amérindiens. Jacques Cartier, le célèbre navigateur l'avait lui-même remarqué en 1535 en remontant le fleuve St Laurent ) Champlain va faire construire à cet endroit 3 bâtiments principaux de 2 étages " L'HABITATION DE KEBEC ". Quelques jours plus tard la bannière des rois de France flotte sur la nouvelle colonie.1608,C'est la naissance de Québec.

Position de Honfleur             Samuel de Champlain (Samuel de Champlain à Honfleur)

En 1610 Champlain forme une société avec quelques marchands de Rouen. Ces derniers ont le commerce exclusif de fourrures provenant du Québec, en retour ils doivent soutenir la colonie.  COLONISER, EXPLORER, EVANGELISER ( programme extrêment difficile . ( Champlain et ses compagnons vont rencontrer de nombreux obstacles ( maladie, scorbut, froid, faim et la cohabitation avec les amérindiens est souvent compliquée ). Peu à peu la petite colonie française va s'aguérrir. En avril 1615, quelques franciscains arrivent de France. Champlain affirme " le salut d'une seule âme vaut mieux que la conquête d'un Empire " Plus tard on comprendra qu' évangéliser un indien, c'est lui faire perdre sa spécificité et presque "LE TUER" en lui confisquant son monde intérieur.

Plaque Samuel de Champlain (En mémoire à Samuel Champlain , Honfleur)

Il manque une chose : DES BRAS et les Français sont plutôt casaniers. RICHELIEU s'intéresse aux projets de Champlain et soutient son programme de peuplement. Une Compagnie Marchande est formée. Elle sera désormais la compagnie des 100 associés : l'engagement est pris de transporter 4000 colons en 15 ans qui seront logés, nourris, équipés sur place. Tout semble aller en s'améliorant . Mais la répercussion des guerres en Europe va affaiblir la "Nouvelle France". En 1629, la flotte anglaise remonte le St Laurent jusqu'à Québec. Champlain refuse de se rendre, mais il dut finalement capituler devant les troupes anglaises commandées par les frères KIRKE. Champlain et ses compagnons sont emmenés prisonniers en Angleterre. Le traité de St Germain en Laye en mars 1632 régularisera la situation et Champlain revient en 1633 en "Nouvelle France" . Il lui faut tour recommencer. Mais tant d'années de fatigues physiques et morales ont épuisé Champlain. Il aura fait plus de 20 voyages entre la France et la Nouvelle-France et aura consacré 28 ans de sa vie au Canada, quand il s'éteint le jour de noël 1635 à Québec. Samuel de Champlain peut être fier de son œuvre : il a mis en place les structures qui allaient forger le destin du QUEBEC. De nombreux jeunes rêvent de marcher sur ses traces, notamment JEAN NICOLLET.... Il fut à la fois Navigateur, soldat, explorateur, ethnologue, diplomate, géographe, cartographe, dessinateur, écrivain . Il finira Gouverneur de " la Nouvelle France"

Où Champlain donne une 1ère mission à Jean Nicollet

Vers 1620, Samuel de Champlain demande à Nicollet de se rendre sur l'île aux Allumettes, point de ralliement de la grande famille algonquine . Nicollet s'installe alors sur la rivière Ottawa. Il apprend les langues et les cultures des Algonqins ( devient finalement interprète entre les Iroquois et les européens). Les Algonquins l'apprécient mais c'est presque un peuple qui vit encore à l'âge de pierre que Nicollet découvre.

QUI SONT LES ALGONQUINS ?

Ce sont des autochtones originaires du Québec, à l'est de l'Ontario, au Canada. Les femmes algonquines vêtues de robes longues , cueillaient les plantes comestibles et s'occupaient de la garde des enfants. Les hommes eux, chassaient , faisaient la guerre . Quelques guerriers algonquins rasaient leur tête dans le style MOHAWK, autrement hommes et femmes coiffaient leurs cheveux en longues nattes et se chaussaient de mocassins. Les algonquins ne vivaient pas sous des tentes , mais dans des sortes de maisons en écorce de bouleaux. Ces habitations étaient rassemblées dans des villages . La tribu des indiens algonquins était connue pour leurs canoës en écorce de bouleaux. Semi-nomades, ils se déplaçaient souvent et se nourrissaient surtout de poisson et de viande ( produit de leur chasse) auxquels ils ajoutaient baies ,plantes sauvages et sirop d'érable qu'ils faisaient à partir de la sève de ces arbres.Les relations avec les hurons étaient souvent amicales, mais ils n'hésitaient pas à combattre les tribus iroquoises.

 

Vie sur les îles Allumettes

Nicollet va s'adapter, apprendre à construire l'indispensable canoé d'écorce qu'il faut porter quand la rivière ne permet pas la navigation. Il fait souvent de longs kms avec de simples mocassins au pied. Quand l'hiver arrive, le petit normand a bien froid dans sa tente de fortune avec de de simples peaux de bêtes pour couvertures. -35 ° ( rien à voir avec la douceur du Cotentin ) Malgré les difficultés , après presque 2 ans , Nicollet a gagné la confiance des Algonquins. ( conformément à la coutume, il a même été adopté par une famille indienne où la disparition d'un fils avait creusé un grand vide )

Nicollet exploration Nouvelle France

 

(Exploration de Jean Nicollet en Nouvelle-France)

Seconde mission au pays Mepissingue( Ontario)

Devant le succès de sa première mission, Champlain lui confie une mission délicate " il faut avant tout devancer les anglais qui, à partir de la baie d'Hudson étendent leur influence vers le sud ". Notre Nicollet repart en forêt, du haut de ses 22 ans . Seul blanc parmi les indiens. Il va y rester 9 ans. Encore une période d'adaptation difficile.Pendant plusieurs années Nicollet va organiser la traite et le transport vers Québec des peaux de toute la région. Mais il parcourt aussi le pays . Il explore, trappe pour son propre compte et se livre à plusieurs reconnaissance sur la rive Nord du lac Huron. Aucun européen n'avait été jusque là. En 1626,il va se marier ( à la mode indienne ) avec Jeanne ( une jeune indienne Népissingue) et il aura une fille Madeleine, Euphrosine, Marie Nicollet . Au cours de la prise de Québec par les anglais, Nicollet fidèle à la France , sous les conseils de Champlain, va se réfugier chez les Hurons et ainsi contrarier les plans des Anglais. Il amènera les hurons à commercer avec lui.

Autre mission ( Exploration en territoires inconnus )

Juillet 1634, Samuel de Champlain est très fatigué et ne peut maintenant partir trop à l'aventure. C'est à Nicollet qu'il confie une des dernières missions, mais quelles missions ! " partir explorer des territoires inconnus, dans le but de trouver enfin un passage fabuleux ouvrant la route de l'Asie et ses trésors  et bien sur remettre en route le commerce des fourrures " Nicollet se met en route avec une escorte de 7 indiens avant de franchir le lac Huron, dernière frontière du monde " dit civilisé" . Il faut parler, négocier avec les nouvelles tribus indiennes. Celles-ci parlaient souvent d'une " grande eau" et de " gens de l'eau salée". Pour Nicollet ce sont des indices prometteurs qui l'encouragent encore plus à continuer l'aventure...

Nicollet découvre le lac Michigan

Nicollet passe donc le détroit de Mackinac. Après de nombreux coups de pagaie, il pénètre alors sur un plan d'eau immense . On est en septembre 1634.Nicollet vient de découvrir le lac Michigan, véritable mer intérieure de 450 kms de long sur 100 kms de large. Le français et son escorte poursuivent jusqu'à la baie des Puants ( aujourd'hui Grenn Bay ) sur la rive occidentale du lac.

Rencontre avec les tribus Menominees et Winnebagos

Dès la rencontre avec ces indiens pacifiques, Nicollet devient rapidement leur ami. Apprenant que les Winnebagos ( peuple de la mer ) sont proches, il envoie un messager pour annoncer son arrivée et, pensant trouver une tribu asiatique, il enfile un costume chinois complété de 2 pistolets à la ceinture. Ces derniers le prennent pour DIEU. C'était incroyable. Mais il se rend compte de son erreur. Les Winnebagos ne sont pas asiatiques. Nicollet réunit finalement 4000 à 5000 indiens de différentes tribus et négocia dans la fumée des calumets un traité de paix . On mangea plus de 120 castors. Ce fut un événement extraordinaire.

Exploration dans le Wisconsin et l'Illinois

Nicollet poursuit son exploration entre les rivières Ouisconsin ( Wisconsin) et Illinois. Il arrivera finalement à l'emplacement de l'actuelle Chicago. L'hiver approchant, il rentre au Québec .

Nicollet s'installe à Trois-Rivières

Il ne quittera pas le Canada, ni le fleuve St Laurent. Rentré à Trois-Rivières, Nicollet va se fixer définitivement en qualité de commis de la compagnie des 100 associés.Il va même épouser Marguerite Couillard ( âgée de 11 ans et petite fille du normand Louis Hébert 1er agriculteur canadien) . En 1642, une petite Marguerite Nicollet va naître mais hélas, il n'aura pas le temps de la voir grandir.

fin tragique

En 1642, quelques mois après la naissance de son enfant, il se rends au secours d'un prisonnier Iroquois que les Hurons s'apprêtent à torturer. La Chaloupe apparemment très chargée se renverse par un fort coup de vent. Avant de lâcher prise, Nicollet peut lancer à Savigny qui tente de gagner la berge :" Sauvez-vous, vous savez nager et moi je ne sais pas. Pour moi, je m'en vais à Dieu et vous recommande ma femme et ma fille "ce furent ses derniers mots. Le fleuve ne rendra jamais son corps. ..... Plus tard , la Jeune Marguerite épousera Jean Baptiste Le Gardeur de Repentigny , lui aussi originaire du Cotentin et aura 20 enfants....

CONCLUSION

Ce grand explorateur, interprète , reconnu de tous, considéré comme " Père du Wisconsin ". Les hurons le surnommèrent Achira qui signifie " homme 2 fois ou surhomme" Quel hommage !

Une statue de Jean Nicollet se dresse au nord de la ville de Green Bay, à côté de Nicollet un panneau indique " En 1634, Jean Nicollet ami de Samuel de Champlain a abordé aux Rives rouges sur la côte de Green Bay un mile à l'Ouest d'ici " Au Québec il existe le fleuve Nicollet ( 137 kms, affluent du St Laurent) et une ville Nicollet.

Jean Nicollet était à la fois interprète, explorateur, diplomate, humaniste, ethnologue.....

                                     Texte:Séléna

                                     Photos et cartes: Gilles Laffite

                                      Sources :  Itinéraires de Normandie N°7,  Pays de Normandie N°18,  Histoire magazine N°5 année 1980

Autres Explorateurs Normands :Catégorie Explorateurs

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.