Erik-Satie (Honfleur, jardin des personnalités)

Erik Satie, personnalité de Honfleur

 "Artiste compositeur où l'humour et l'originalité sont rois"

"Né très jeune dans un temps très vieux " c'est ainsi qu'Erik Satie se qualifiait lui-même. Claude Debussy corroborait d'ailleurs cet avis en décrivant le décalage existant entre Erik Satie et son époque " un musicien médiéval et doux , égaré dans ce siècle " . Il faut pénétrer dans l'univers fantasque du compositeur Satie pour essayer de comprendre sa personnalité...

Enfance et adolescence d'Erik Satie

Erik Satie est à Honfleur le 17 mai 1866 d'une mère anglo-écossaise protestante Jane Leslie Anton et d'un père originaire de Honfleur, catholique Alfred Satie, éditeur, libraire , catholique. Baptisé à sa naissance dans la religion anglicane, puis, après la mort de sa mère en 1871, dans la religion catholique.

-----------

Après le décès de leur mère, les 2 frères Conrad et Erik Satie sont élevés par les grands parents paternels jusqu'au décès de la grand-mère , retrouvée morte sur la plage de Honfleur.

-----------

Il reçoit ses premières leçons de musique de l'organisme de l'église Saint Léonard de Honfleur. A l'âge de 12 ans, il suit son père à Paris qui se remarie avec la pianiste et composite Eugénie Bametche. C'est à ce moment qu'il fréquente le Conservatoire National de Musique ( Classes de piano, d'harmonie et de solfège de 1879 à 1886 ) Rebelle aux disciplines scholatiques du lieu, Satie s'y échappe en se portant volontaire pour le service militaire auquel finalement il parvient à se libérer  en contactant une pleurésie qu'il avait délibérément provoquée ( exposant sa poitrine nue à une froide nuit d'hiver).

Ses premières oeuvres

Vers les années 1886/1887  Satie va commencer à écrire ses premières mélodies. Il  rencontrera des amis  sincères  comme Claude Debussy et entretiendra une amitié admirative pour son confrère, qui de son côté l'estimera sincèrement.En 1887, son père improvisé entretemps éditeur de musique publiera ses premières réalisations : ses "OGIVES (1888) "œuvres brèves et sérieuses pour piano portent la trace de son intérêt pour le moyen âge ( un moyen âge mystique, stylisé et rude ). Elles seront suivies de "SARABANDES "dont on vantera la simplicité et l'harmonie, puis en 1888 " LES TROIS GYMNOPEDIES" pour piano qui sont orchestrées par Claude Debussy et qui restent ses œuvres les plus jouées à ce jour. sans oublier les SIX GNOSSIENNES ( 1890/1891), son œuvre la plus populaire ( Debussy orchestra la première et la troisième). Cette période est  marquée par le mysticisme . Il avait, en effet rencontré Joseph Peladan ( sorte de mage et d'occultiste, rénovateur du mouvement Rose Croix). Satie entreprit de dénoncer la décadence esthétique et morale de l'époque.

Qu'appelle-t-on Rose-Croix 

d'après le petit Robert:

"Société secrète qui a pour emblème une rose rouge ( symbole d'ascétisme)fixée au centre d'une croix qui symboliserait la connaissance parfaite selon une interprétation. La fraternité de la Rose Croix semble s'être constituée vers la fin du XV ème siècle se réclamant de sources égyptiennes antiques.... La société attira l'attention de nombreux savants et religieux et influença la franc-maçonnerie. Sa renaissance à la fin du XIXème siècle sous l'impulsion de Joseph Peladan ( 1858/1918) repose sur le refus du matérialisme et d'une mystique chrétienne teintée d'occultisme ".

Le cabaret " Le chat noir"

Peu à peu, Satie  quitte sa famille vers les années 1887 pour s'installer aux pieds de Montmartre où il fréquente assidument " Le chat noir" ( cabaret parisien de 1881 à 1897) accompagnant s "son théâtre d'ombre ou en dirigeant l'orchestre de ce cabaret. Il se lie avec Verlaine, Claude Debussy , Mallarmé et bien d'autres.... composant selon ses amitiés du moment : DANSES GOTHIQUES puis VEXATIONS en rapport avec sa compagne Suzanne Valadon, Le FILS des ÉTOILES pour la rose-croix, UPSUD ballet chrétien composé en collaboration avec le poète  J.P. Contamine de Latour. Puis il  se consacre brusquement à l'univers du Music-hall....

Satie s'installe à Arcueil

Vers 1898, pour des raisons sans doute économiques Satie s'installe dans un humble studio, en banlieue Sud de Paris à Arcueil où il vivra jusqu'à sa mort, ne laissant rentrer personne.

Satie reprend des études musicales

A 39 ans , Satie décide d'obtenir un diplôme à la SCHOLA CANTORUM de VINCENT D'INDY où il décroche la mention très bien. Séparé de Joseph Péladan, se tenant à l'écart de la vie mondaine parisienne et méprisant les critiques musicaux de son temps, il s'inscrit contre tout conformiste artistique.

Satie et la politique

Quelques années plus tard, il s'engagera en politique, s'inscrivant d'abord au parti radical-socialiste puis au parti communiste. Il s'occupera des enfants défavorisés de sa commune, leur donnant des cours de solfège. Il veillera également aux loisirs de ses enfants démunis , les emmenant en promenade certains jours fériés par classes entières.

Le changement

Vers 1903, son esprit original et humoristique l'amèneront à composer " TROIS MORCEAUX EN FORME DE POIRE" ( titre insolite mais qui le fera connaître davantage ( en bien ou en mal) , et lui donnera une certaine notoriété.

----------

1905," l'année où il recommence tout à zéro" y compris musicalement. D'abord il se donne un autre LOOK , en réalité l'apparence d'un petit fonctionnaire : chapeau melon, faux col et parapluie.

----------

Redécouvert aux environs de 1910 par Maurice Ravel qui le présente comme "le précurseur de la nouvelle musique", Satie trouve enfin des éditeurs et interprètes pour ses œuvres de jeunesse, mais aussi pour toutes ses créations à qui il donne des titres dérisoires : "PRELUDES-FLASQUES (1912) ", EMBRYONS DESSECHES en 1913", VIEUX SEQUINS et VIEILLES CUIRASSES en 1913", AFFOLEMENTS GRANITIQUES "......Mais derrière cette écriture originale, et sous un  sarcasme se révèle une certaine sensibilité. Satie se lie avec Picasso, Cocteau. La célébrité va venir avec le ballet "PARADE" 1917, crée au théâtre du Châtelet sur un argument de Cocteau et les décors et costumes de Picasso. .... Toute sa vie Satie crée. Il est connu pour son style PARTICULIER, caustique et personnel, dirigé contre les conventions du romantisme......

Satie quitte le "monde"

Il meurt tristement le 1er juillet 1925 à l'hôpital Saint Joseph des suites d'une longue maladie. Son œuvre suit son chemin. Compositeur et pianiste renommé, considéré souvent comme amuseur ou mystificateur par ses compatriotes, Satie n'était pas un créateur quelconque. Ses œuvres sont à la fois faciles mais souvent inimitables. En exaltant les vertus de la simplicité, en annexant à la musique les domaines du music-hall , des parades de foire et en introduisant l'humour SATIE a exercé une grande influence sur son temps.On sait moins qu'il s'adonna aussi à la littérature...Toute sa vie Satie cultiva le paradoxe. C'est le plus atypique des musiciens. Un grand HOMME qui, par ses œuvres   nous projette hors du temps..... MERCI MONSIEUR ERIK SATIE..........

Après sa mort

Quand à sa mort, ses amis pénètrent pour la première fois dans son studio d'Arcueil, ils découvrent , étonnés et abasourdis, un univers "hétéroclite" : 2 pianos désaccordés attachés ensemble, de précieux manuscrits soigneusement calligraphiés, plusieurs billets énigmatiques, dans une armoire des costumes de velours à l'identique attendaient d'être portés, une collection de parapluie et de faux col...... Ses amis le pensaient aisé , ils découvrirent une totale misère.

Satie à Honfleur

Depuis le 21 juin 1998, on peut retrouver l'esprit fantasque et humoristique d'Erik Satie dans une maison de Honfleur. Catherine et François Cofino ont réalisé une approche scénographique qui sort de l'ordinaire. Le visiteur découvre un lieu unique qui emmène " tout ouïe, tout oeil, tout sens" éveillé dans la monde onirique et surréaliste des musiques de Satie......

 

On peut visiter  les MAISONS SATIE au 67 boulevard Charles V à HONFLEUR

Horaires été : tous les jours sauf mardi ( sans interruption de 11 heures à 19 heures)

Horaires hiver : tous les jours sauf mardi ( sans interruption de 11 heures à 18 heures)

 

Sources:Christiane Lablancherie : Fier d'être Normand 100 bonnes raisons)

Pays de Normandie N°21 et Illustres normands Ouest France 2ème parution

France Musique; Biographie d'Erik Satie

Photos: Gilles Laffite

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.