Château de Falaise
le château de Falaise, Calvados, Normandie
Le château de Dieppe
Château de Dieppe, Normandie
Guillaume le Conquérant
Guillaume le Conquérant, Falaise, Calvados
Château Robert le Diable
Château Robert le Diable, Moulineaux, 76, Normandie
Le Mont Saint Michel
Mont Saint Michel, Normandie
Jardin à la française
Château de Vendeuvre, jardin à la française
Milord, Haras du Pin
Un Milord, Musée Haras du Pin, Orne, Normandie

Eugène Boudin, artiste de génie

Artiste Peintre Eugène Boudin

   "Le Roi des ciels"

Jean-Baptiste Corot le sacra "Roi des ciels", Charles Baudelaire célébra " ses prodigieuses magies de l'air et de l'eau", Gustave Courbet lui déclara " vous êtes un séraphin, il n'y a que vous qui connaissez le ciel " quand à Claude Monet il reconnut " c'est à lui que je dois l'éducation de mon œil".

Tous, ont célébré le génie, le talent d'Eugène Boudin " ROI DES CIELS". Ce qualificatif lui va si bien. Et si on faisait connaissance avec lui.....

Sommaire

-Son retour en Normandie

-Son style de peinture

-Son installation

Buste Eugène Boudin (Buste d'Eugène Boudin, Honfleur)

Eugène Boudin, ses origines, son enfance

Eugène Boudin est né le 12 juillet 1824 à Honfleur (Calvados) issu d'une famille modeste composée de 3 enfants . Son père était marin et sa mère femme de chambre. Alors qu'il est âgé de 11 ans, sa famille part s'installer au Havre '( Seine-Maritime). Ses parents travaillent alors dans une compagnie de navigation qui assure les traversées Le Havre/Honfleur. L'enfant étudie une année chez les frères des écoles chrétiennes avant d'entrer comme commis chez un imprimeur, puis chez un papetier Alphonse Lemasle. Dès l'âge de 14 ans, dès 1836 il commence à dessiner....

 Eugène Boudin Papetier

En 1844, avec des associés, Eugène Boudin ouvre sa propre papeterie ( encadrement et expositions des œuvres de peintres de passage). Son métier lui permet de rencontrer des artistes réputés tels Constant Troyon, Thomas Couture et surtout Eugène Isabey et Jean-François Millet qui l'encouragent à peindre.

 La vocation l'emporte

En 1846, le jeune homme abandonne définitivement le monde du commerce. Dessinant et peignant sans relâche, il veut surtout parfaire son éducation artistique et dès 1847, il se rend à Paris afin d'étudier les maîtres anciens. Il admire en particulier Watteau. De retour au Havre, Eugène Boudin fait la connaissance d'un écrivain d'art et philanthrope  le baron Isidore Taylor.

  Soutien de Isidore Taylor

Le baron Isidore Taylor va beaucoup aider le jeune homme. En effet, le baron Taylor avait organisé une souscription nationale destinée à aider les écrivains et les artistes dans le besoin. En 1849, il envoie Boudin en placer des billets dans le nord de la France et en Belgique. Déjà, le jeune homme va en profiter pour visiter de nouveaux musées. Il va également exécuter des copies de Van Ostade, Lancret et Vernet et, en 1851 Eugène Boudin présentera ses toiles au Havre. Le succès de ces toiles et le soutien des peintres Thomas Couture et Constant Troyon est telle qu'il obtient une bourse d'études de la ville du Havre qui lui permet  de retourner à Paris. Il va travailler et étudier au sein de l'atelier d'Eugène Isabet ainsi qu'au Louvre où il s'inscrit élève copiste. Il va connaître une grande pauvreté qu'il trainera plusieurs années...

Retour en Normandie

Eugène Boudin ma Normandie (Eugène Boudin, la normandie)

Pendant une dizaine d'années, Eugène Boudin va se partager entre Paris, Le Havre et Honfleur où il se consacre à la peinture en plein air.

 La ferme Saint Siméon

En 1854, Eugène Boudin s'installe à Honfleur, à la ferme Saint Siméon ( une auberge bon marché) dont le décor champêtre lui inspire de nombreuses peintures et pastels. Cette ferme devient UN VRAI REFUGE DE PEINTRES. Eugène Boudin se vantera d'y avoir amené de nombreux amis peintres comme Claude Monet....Il va même à ce moment-là l'inciter à travailler d'après nature. Mais , Eugène Boudin n'oublie pas les conseils de ses aînés, notamment de son ami Gustave Courbet.

 Il découvre le Finistère

En 1855, son emploi du temps se résume ainsi hiver à Paris, été en Normandie tout en séjournant régulièrement en Bretagne ( Douarnemez, Trebouel et la région en passant par Pont Aven..... Séduit par le pittoresque de ce pays, il se révèle un témoin attentif de la vie simple des paysans du Finistère. Lors d'un long séjour , en 1857 Eugène Boudin assiste au spectacle " du pardon de Ste Anne de Palud". L'artiste fait de nombreux croquis et peintures  de cet événement,  décrivant avec minutie les costumes régionaux. Les coiffes blanches et les gilets bleus font écho aux nuages zébrant le ciel breton. Il exposera en 1859 " LE PARDON DE Ste ANNE-LA-PALUD".

 Les années 1860/1865

Sur les plages de Deauville et de Trouville mises à la mode par le second Empire, il croque les silhouettes de citadins ( Dames en crinoline qu'il appellera"mes petites poupées" messieurs en redingote noire.) On lui connaît ainsi quelques 300 tableaux de plage réalisés en baie de Seine. Il illustrera aussi ce thème dans le nord de la France, à Etaples, à Berk et jusqu'en Hollande.

Eugène Boudin au Travail ( L'Artiste peintre Eugène Boudin au travail )

-----------

Son ambition est de fixer le monde de son époque. A aucun moment, il ne peut être taxé de peintre mondain. Il appelle ceux qu'il peint sur la plage ou sur les champs de courses normands " cette bande de parasites dorés". Eugène Boudin était un homme humble, acharné à son travail .Les aristocrates et grands bourgeois de Deauville n'appréciaient pas ses "tableaux de plage" trouvant la peinture peu précise. Ils n'avaient pas compris que l'artiste ne cherchait pas à rendre leurs portraits reconnaissables mais à donner une impression générale. E cette époque, il peignait des sujets très divers : paysans, pêcheurs, promeneurs, vaches. Tout était prétexte à traquer la lumière, à fixer l'insaisissable.

  Mariage

Le mercredi 14 janvier 1863 au Havre, Eugène Boudin épouse Marie-Anne Guedes ( une bretonne , née le 17 avril 1835 dans le Finistère)

Eugène Boudin, un style de peinture

Eugène Boudin (Eugène Boudin en détails et le style peinture, Honfleur, jardin des personnalités)

Eugène Boudin démontre une certaine tendance à représenter des atmosphères claires, celles proches de la luminosité de plein air. Il disait " c'est moins ce monde que l'élément qui l'enveloppe que nous reproduisons". L'artiste est de plus en plus intéressé par les états d'atmosphère, selon le lieu, l'heure et le vent., à saisir un moment éphémère et vite oublié .  Il est surtout un peintre de l'instantané. Sans cesse il veut également progresser, s’améliorer et n'hésite pas à confondre ses expériences avec tous ces artistes venus à Honfleur.

 Rencontres et influences

Chacun va subir des influences. Un jour de 1858, Boudin emmène Claude Monet dans la campagne. Boudin installe son chevalet et commence à peindre. Claude Monet racontera plus tard " Ce fut tout à coup comme un voile qui se déchire . J'avais compris, j'avais saisi ce que pouvait être la peinture par le seul exemple de cet artiste épris de son art et d'indépendance. Ma destinée de peintre s'était ouverte."

-----------

D'après Anne-Marie Bergeret, Claude Monet a trouvé chez Eugène Boudin " une subtilité dans le choix des couleurs et une maitrise dans le traitement des harmonies normandes en demi-teintes".

-----------

Un autre peintre hollandais ( Johan Barthold Jongkind ) installé à Honfleur a également partagé ses connaissances avec ses amis artistes.

-----------

Courbet joue le rôle de bout en train, ce qui semble plaire à ses amis. Il sait leur communiquer une fiévreuse envie de peindre... Boudin croira toute sa vie aux  vertus de l'émulation et  de la fréquentation " des gens qui vous poussent au progrès". Il va , à un certain moment subir à son tour l'influence de Claude Monet avec qui il a en commun le goût des séries et des sujets sous différents éclairages et celui de la spontanéité.

 L'impressionnisme

Musée Eugène Boudin Honfleur              Eugène Boudin Bassin Honfleur

(Musée Eugène Boudin, Honfleur)          (Honfleur, peinture de Eugène Boudin)

De la rencontre de ces personnalités très différentes naît l'impressionnisme. Au cours de la faste décennie 1860, l'estuaire de la Seine restera pour Boudin, Monet et Jonkind leur terrain de prédilection.Les grands espaces conviennent mieux à Boudin que l'atmosphère confinée de la capitale.  Laurent Manoeuvre  dit en évoquant Boudin " Par tous les temps, tel in chasseur d'images, il traque et les particularités de chaque lieu ". Jonking va continuer à peindre. Quand à Claude Monet , il va se faire connaître an 1864 en présentant son tableau " L'estuaire de la Seine à Honfleur" et il s'imposera 10 ans plus tard avec son célèbre " IMPRESSION, SOLEIL LEVANT" qui représente le bassin du commerce au Havre. Ce tableau marquera véritablement la naissance d'une école l'IMPRESSIONNISTE.

 Du Finistère au Pas de Calais

Depuis le Finistère jusqu'au Pas de Calais , Eugène Boudin a peint et repeint sans cesse. On a l'impression, en passant devant toutes ses œuvres d'un voyage effectué sur les côtes de l'Ouest. Les aspects du ciel, de l'eau et de la terre changent sans cesse. C'est un vrai régal d'effectuer  ces peintures pour ce passionné de la mer, de ses enchantements et de ses colères. Tantôt il assiste au départ d'une pêche. Il regarde, observe, ces bateaux au loin s'éparpiller sur la mer houleuse. Il est là au retour. Il devient le peintre des côtes de l'Océan et de la Manche. Nous lui devons un  grand nombre toiles sur ce sujet ex: Femme à ombrelle sur la plage de Berk", " laveuses au bord de la Touques "..........

 Rencontre heureuse

C'est à l'intervention du marchand de tableaux Paul Durand-Ruel que Boudin doit de sortir en 1881 d'une période financière difficile. Duand-Ruel le prend sous contrat et lui achète de nombreuses œuvres . Il organise plusieurs expositions à Paris, Londres (1882/1883 ou aux États-Unis), même l'état achète ses tableaux : " marée basse "en 1884 puis plus tard "le grain" en 1886, et en 1888 " Une corvette russe dans le basin de l'Eure". C'est à ce moment que Eugène Boudin décide de construire une maison à Deauville, non sans continuer sa quête vagabonde qui le mène en 1888 au Pays Bas. Mais pour la première fois, sa femme malade, ne peut l'accompagner.

L'artiste Eugène Boudin s'installe à "la Breloque"

La mer de la côte fleurie ( plus précisément Deauville, Trouville, Honfleur) fut sa fidèle compagne, sa muse, son guide. Aucun de ses voyages de travail aux quatre coins de l'horizon impressionniste ne le détourneront de sa terre natale, il semble donc tout à fait logique que Eugène Boudin décide de prendre ses quartiers d'été dans cette maison imposante appelée " les Ajoncs "puis rebaptisée " la Breloque". Le peintre y vit simplement, sans chichis, avec sa femme Marie-Anne. Il y reçoit ses voisins et amis ( Jean-François Courbet, Baudelaire) mais le comble du bonheur , c'est de rentrer chez lui, canotier sur la tête, chevalet sous un bras, toile sur l'autre, non plus pour peindre mais RELIRE SES PEINTURES. Dans le silence de sa maison, il les observe des heures et des heures......

----------

Sa femme, malade meurt en 1889 et l'année suivante , la santé du peintre commence à décliner.

Sa réputation devient grandissante

Un envoi de 5 toiles obtiennent une médaille d'or.  De plus en plus souffrant et surtout pour continuer à peindre en plein air, il s'installe à Villefranche Sur Mer ( près de Nice). Une gouvernante Juliette Cabaud partage sa vie, l'accompagnant dans ses voyages. Il va malgré sa fatigue continuer, entre-temps  ses voyages Venise, Italie..... en quête d'inspiration. Il y peindra encore de superbes tableaux.

----------

Décoré de la légion d'honneur,. son art est enfin reconnu. En 1898, sa santé ne lui permet plus de peindre. Conscient que sa fin approche il écrira à un ami peu de temps avant sa mort qu'il est "près d'aller voir dans l'autre monde si les paysages sont pareils à ceux de celui-ci". Mais cet homme veut mourir chez lui " FACE à LA MER". On le ramène à Deauville et le 8 Août 1898, dans une lumière chaude et trouble, celui que l'on appelle " LE ROI DES CIELS" s'éteint. Il sera inhumé au cimetière Saint Vincent de Montmartre le 12 Août 1898 à Paris.

----------

Eugène Boudin a marqué le monde de la peinture. Il a su transcrire à la perfection des éléments aussi changeants que la lumière, les nuages et les vagues......Le monde l'a enfin reconnu. Ses toiles sont dispersées en France, au Québec aux États-Unis........ Quand à Charles Baudelaire par le moyen de l'expression poétique il  écrit:

"A la fin tous ces nuages aux formes  fantastiques et lumineuses, ces ténèbres chaotiques, ces immensités vertes et roses, suspendues et ajoutées les unes aux autres, ces fournaises béantes, ces firmaments de satin noir ou violet, fripé, roulé ou déchiré, ces horizons en deuil ou ruisselants de métal fondu, toutes ces profondeurs, toutes ces splendeurs, me montèrent au cerveau comme une boisson capiteuse......."

                           sources :Encyclopédie Hachette,  Pays de Normandie N°15, Boudin la Normandie (Laurent Manoeuvre, disponible au Musée Eugène Boudin Honfleur )

Eugène Boudin la Normandie  Boudin, la Normandie de Laurent Manoeuvre  (disponible au musée Eugène Boudin, honfleur)

                                          Nous remercions le personnel des Musées de Honfleur pour leur grande gentilleuse et l'aide précieuse apportée

Photos: Gilles Laffite , peintures dépliant du Musée de Honfleur Eugène Boudin

Articles : Séléna

Vous pouvez suivre Louis-Alexandre Dubourg, peintre Normand de Honfleur (Calvados)

La ville de Honfleur

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.