l Abbaye Notre Dame de Lonlay Abbaye Notre Dame de Lonlay

                                                 "au cœur du bocage normand !"

Grande dame d'antan, un peu oubliée dans son coin de bocage domfrontais, l'église, ancienne abbatiale de l'Abbaye Notre Dame apparaît au fond d'un paisible vallon traversé par la rivière Egrenne. C'était sans doute, à l'époque de sa fondation un haut lieu propice à la méditation et à la prière....

Aujourd'hui cette abbatiale se situe au centre du joli village de Lonlay ( étymologiquement "la longue vallée"). Mais qui est-elle en réalité ? Nous vous invitons à faire de plus amples connaissances avec son histoire.

Direction Abbaye Lonlay        Lonlay extérieur

(Clichés à l'extérieur de l'Abbaye Notre Dame de Lonlay)

Comme il le confesse lui-même, après s'être couvert de toutes sortes de crimes, le très riche Guillaume de Bellême, Seigneur d'Alençon et de Domfront, voulut racheter ses péchés par plusieurs fondations pieuses dont l'Abbaye Notre Dame de Lonlay. C'est donc aux alentours de 1020 dans la forêt appelée lande pourrie que Guillaume de Bellême choisit d'ériger une abbaye bénédictine. Cette abbaye releva du diocése du Mans puisque les Bellême rendent hommage à 3 suzerains différents : en Normandie, en Maine et en France . ( Ce sont donc des moines de Fleury sur Loire ( actuellement Saint Benoît sur Loire ) qui occupèrent ce nouveau monastère) Au XI ème siècle l'évêque du Maine n'est autre qu'Avesgaud ( fils de Yves de Bellême , autrement dit un frère de Guillaume ).

Son influence

Rapidement le monastère étend son influence spirituelle comme matérielle bien au delà du val. On lui octroie des droits sur les forêts d'Andaine, de Passais , de la Lande Pourrie, sur les terres cultivées et sur les nombreux moulins de la paroisse. Avec une superficie de plus de 5000 ha autour du monastère, Lonlay reçoit des prieurés dans l'Ouest dont Notre Dame sur L'Eau (Domfront), Saint Michel de Goult et Notre Dame des Moutiers en forêt de Cinglais auxquels s'ajoutent, après la conquête d'Angleterre en 1066, quelques prieurés anglais : prieuré de Folkestone ( Kent) et prieuré de Saint Andrew-de-Stogurset (Somerset).

Origine  de Stogurset ( Somercet)

Le premier seigneur de STOKE se nomme Guillaume de Courci ( issu d'un village normand près de Saint-Pierre-Sur-Dives (Calvados). Sutinstoke , devenu Stocke, prend le nom de Stoke-Curci aujourd'hui Stogursey. Guillaume de Courci confirme la donation de son prieuré à l'Abbaye de Lonlay. Fils de Notre Dame, Saint André de Stogursey  est déjà père de 2 établissements monastiques, l'un dans le comté de Devon, l'autre dans celui de Glamorgan en Pays de Galles. Ce qui donne un apport considérable à L'abbaye normande Notre Dame de Lonlay.

L'Abbaye au fil du temps

Lonlay extérieur2         Porche Lonlay (le porche)

Elle fut maintes fois endommagée au cours des siècles :

En 1417/1418 la nef de l'abbatiale incendiée par les Anglais est complètement détruite. En 1533, c'est un nouvel incendie  " accidentel" qui ravage l'Abbatiale  . Le Chœur sera reconstruit avec un superbe ornement : un splendide déambulatoire débouchant sur 11 chapelles.

En 1564, c'est au tour des guerres de religion qui frappent l'édifice. Les Huguenots incendient et Pillent l'Abbaye.Seule, la maison de l'Abbé y échappe .

En 1629, une épidémie décimant le pays, les moines doivent évacuer l'Abbaye le 13juillet.

En 1667, les religieux de la congrégation de Saint Maur remplacent les moines bénédictins et le monastère va connaître d'importantes transformations. Hélas, cette renaissance est de courte durée.

En 1790, les troupes révolutionnaires touchent Lonlay et les trois derniers moines restants doivent fuir.

En 1944, lors des combats  de la libération,  un nouvel incendie endommage l'Abbatiale. La voûte s'effondre et les vitraux se brisent.

Le 30 novembre 1806 par un décret, l'Abbatiale devint église paroissiale.En 1965, les beaux arts entament une restauration de l'édifice qui, désormais est classé monument historique.

LA VIEILLE ABBAYE RENAÎT UNE FOIS ENCORE DE SES CENDRES

Le 21 avril 1973 , elle ouvre à nouveau ses portes aux fidèles. Certes L'Abbaye n'a pas retrouvé toute sa splendeur moyenâgeuse, mais elle s'est jumelée avec la commune anglaise STOGURSEY (Nouvelle appellation de Saint André de Stocke) et a fait siennes les armoiries de l'Abbaye. ( Le loup de sable qui orne le blason du monastère est devenu l'emblème de Lonlay ).  

De nos jours , ne subsiste qu'un petit porche gothique, un transfert roman avec des chapiteaux originaux du XI ème siècle, un grand chœur gothique aux piliers de granit à 3 étages , un déambulatoire ceint de chapelles rayonnantes.... Un mobilier exceptionnel par sa qualité et son importance nous étonne     (retables, stalles... de plus des statuettes ont été retrouvées dont une du XIV ème siècle représentant Saint Michel.Quand on visite cette Abbatiale la restauration effectuée avec soin nous permet d'être tout simplement ÉMERVEILLES par son harmonie architecturale. De plus , nous sommes happés par une atmosphère paisible et chaleureuse.Lonlay semble préservé du temps qui passe, malgré les heures qu’égrène sans discontinuer l'horloge de l'Abbaye..

Cette Abbaye relève maintenant du diocèse de Sées (Orne)les visites sont libres de 8 h à 19 h.

Sources :Pays de Normandie N°35  et Patrimoine Normand Automne 2000 N°35

Photos: Gilles Laffite

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.