Il y a 100 ans, en 1914 Le Havre, terre d'accueil

Au cours de la guerre 1914/1918, la Normandie n'a pas été le théatre d'opérations militaires importantes, sauf quelques faits de guerre..... Mais en réalité, en raison de la proximité de l'Angleterre et de l'importance de ses ports, la Normandie va se trouver impliquer dans le conflit.Après avoir évoqué Rouen à l'heure anglaise, nous parlerons du Havre en 1914, qui à cette époque était devenue une vraie terre d'accueil puisqu'elle servira de base à l'armée britannique.....

Réquisition et arrivée des troupes anglaises


Dès le 18 août 1914, les hangars sont réquisitionnés par les autorités françaises. Quand aux emplacements de camps le choix se détermine surtout en banlieue havraise : Bléville, Frileuse, Graville et Sanvic.....
Dans la première quinzaine d'Août 1914, les premiers navires accostent et l'essentiel de l'activité va se répartir sur la période du 12 au 18 Août 1914.
Dès le début, l'armée anglaise est accueillie avec enthousiasme et avec un brin de curiosité:l'uniforme kaki des soldats britanniques étonnent mais, c'est surtout quand les écossais débarquent, s'avançant cornemuse en tête, armés de fusils et baïonnettes, avec leur tunique kaki, les bas blancs et rouges, le bonnet sur l'oreille qu'ils surprennent. De plus ils ont recouverts d'une toile jaune la jupe plissée de leur tartan. En réalité ils ont mis un tablier pour se rendre à la guerre...
Ébahis, bon nombre d'havrais assistent à l'étonnant spectacle de l'armée britannique en mouvement.
De nouveaux détachements arrivent sans cesse. On voit passer infanterie, cavalerie, artillerie..... La rue offre alors, une animation inaccoutumée...
La municipalité du Havre réquisitionne une douzaine d'hôtels et toutes les chambres sont louées aux officiers britanniques pour 4 F. par jour.
Mais, début septembre 1914, le Havre subit les mêmes craintes que Rouen. Après s'être établis dans toute la banlieue du Havre comme pour y rester quelques années, au bout d'un mois les Britanniques déménagent en toute hâte.. .. vers St Nazaire, Nantes.... La ville semble  tout d'un coup abandonnée, pour peu de temps car le succès de la bataille de la Marne va modifier la donne.Dès la fin du mois de septembre 1914, les premiers officiers britanniques regagnent le Havre dans le but de préparer la réouverture de la base. Cette fois les anglais vont s'y établir durablement.

La ville est gouvernée par les autorités militaires et le port devient une base navale pour les forces britanniques et belge.
De 1914 à 1919, 1 900 000 soldats britannique transiteront par le port du Havre.
D'autres réfugiés arrivent au Havre.
Dans le même temps des milliers de réfugiés arrivent au Havre, fuyant le Nord de la France et la Belgique envahie ,s'y ajoute le passage de milliers de soldats Américains, Australiens.... qui transitent dans des camps ou dans des casernes ( au cours des années suivantes)
La ville sert également d'approvisionnement en armement et en matériel tout l'arrière pays ( Paris et le front...)
Mais, le besoin en main-d’œuvre se fait rapidement sentir.
Des hommes originaires d'Afrique du Nord vont désormais venir travailler en France, notamment au Havre ( dans les grandes entreprises).
Ce sont surtout les établissements d'Harfleur qui emploient la main d’œuvre coloniale, mais la cohabitation est souvent très compliquée entre chinois, algériens, marocains.....
En mai 1915, comptera environ 220 travailleurs coloniaux.

Inquiétude : U-Boote devant  Le Havre !

Aussi incroyable que cela paraisse, les Allemands n'hésitent pas à s'aventurer en sous-marins jusque devant le port du Havre, pour y couler , de jour et en surface, des navires alliés à coups de canons. Pour tenter de s'y opposer les autorités mettent en place des filets de protection dérivants, mais hélas peu efficaces.  Pourtant , le 5 avril 1916 l'UB 26 commandé par l'Oberleutnant Wilhelm Smiths, se prend dans les mailles d'un filet. Il est capturé avec tout son équipage. Après remise en état, il reprendra du service sous le nom de Roland Morillot. Comme cette prise ne met pas fin aux destructions de navires , les autorités maritimes cherchent à utiliser d'autres moyens.... Il est alors décidé d'installer un grand filet sous-marin fixe, qui barre toute la baie de Seine . Il est rapidement posé avec ses innombrables accessoires : bouées, corps-mort, manilles etc...) Il comprend aussi quatre branches, allant du phare de la Hève, à Sainte Adresse, jusqu'à Deauville et mesure 25 kms , formant ainsi une incroyable toile d'araignée sous-marine.
Pour qu'il soit efficace, il est indispensable qu'il reste intact et, pour éviter qu'il puisse être endommagé par des sous-marins en surface, des batteries sont installées sur la côte : au Havre, à Sainte Adresse et au sud de l'Estuaire, à Bénerville, Cabourg et Ouistreham..
La guerre 1914/1918 a laissé de nombreuses traces en Normandie.Dans un prochain article nous évoquerons Sainte Adresse , localité contigüe à la ville du Havre et qui  a joué un rôle exceptionnel durant cette GRANDE GUERRE. …... A bientôt......


          Sources:Archives du Havre
                        Itinéraires de Normandie N°11  

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.