Fremover

     Hommage aux soldats Français Narvik                  

Racines familiales, un normand de Caudebec-lès-Elbeuf (Caudebecais) à Narvik!

Sur les traces de son grand-père Laffite, Brigadier chef du 10 ème R.A.C (régiment d'artillerie coloniale), 2ème GAAC, de l'armée Française en 1940.

Caudebec-lès-elbeuf, le 13 Avril 2013, départ pour Narvik (Norvège)............

14h15, je m'apprête angoissé à rejoindre le nord de la Norvège, Narvik.

Un périple de deux jours s'annonce.Moyen de transport, l'avion, le train.Le choix est de traverser la Suède (à partir de stockholm), de visiter une partie de la Laponie et de descendre à travers les montagnes qui dominent majestueusement la "baie" de Narvik, haut lieu de l'intervention Alliées en 1940 ( bataille navale et terrestre).

Avion, depuis Beauvais vers Stockholm, passage par boden en train, puis une descente par la montagne sur Narvik, c'est un voyage difficile, éreintant de plus de 26 heures mais j'ai l'espoir de concrétiser mon travail de recherche.Je me suis jamais senti vaincu par ces difficultés.Et par une nuit belle et étoilée,  j'aperçus enfin le toit de mon futur hôtel , le Bogen Hostel, point de chute charmant avec la neige tombée cette hiver 2013.

Bogen Hotel

L'aventure Norvégienne ne fait que de commencer!

Qui était le soldat Henri Laffite ?

Né en 1916, le 11 Février à Paris, d'origine Gascon du coté paternel et, des Ardennes coté maternel.Engagé volontaire en 1935 au 10 régiment artillerie coloniale,Il est nommé Brigadier-chef le 15 Avril 1936.Il est rappelé le 9 septembre 1939 et affecté à ce même corps d'armée.Ses mémoires laissées à sa famille débutent le 8 septembre 1940 (se terminent le 18 juin 1940), 40 pages relatant l'intervention de sa section en Norvège, de l'embarquement jusqu'au retour en juin 1940.Mais qui aurait pu penser qu'un tel "gaillard" de vocation épicier savait manier l'épée (escrime), était classé comme tireur mitrailleur et fusil mitrailleur avec un degrés d'instruction 3 (pour les spécialistes) difficile à croire! Formé dans les Ardennes aux fortifications, rompu aux tâches de l'artilleur, il avait donc 5 fonctions inscrites sur son dossier le jour de son incorporation à Rueil Malmaison (caserne Guynemer).

"Au bureau de la 5ème brigade, on me demanda mes spécialités, bien qu'elles soient rares, cela n'empêche que je suis inscris pour 5 fonctions." en cas de besoin: fourrier, chef de pièce, pointeur, mitrailleur F.M et mitrailleuse."Avec cela , je suis bien servi" Laffite Henri, pas rassuré !

(Extrait de son carnet journal)

C'est un extrait de ces 40 pages. On peut se poser une question! le soldat laffite relate dans son cahier, l'exploit des légionnaires Français à Narvik.Il évoque la bravoure, le courage mais en aucun cas , il ne se vante.bien-sûr, son existence, ses revendications, ses pensées, il les mentionne mais, patriote, il honore ces camarades légionnaires en priorité.Le Soldat Laffite était un croyant.L'adresse, le nom du prêtre sont indiqués en préface de ses mémoires.La pensée à Dieu ne l'a jamais quitté tout au long de cette expédition.Petits-fils, je l'ai connu ainsi.......................................

Il embarque sur le Président Doumer le 18 Avril à 19h avec son groupe, Le 2ème GAAC (Groupe autonome d'artillerie coloniale) rattaché à la 1ère division légère de chasseurs (Général Béthouart)  dans le corps expéditionnaire de Norvège.Après avoir participé aux opérations de la région de Narvik et à la prise de la ville, il retrouve sa famille.C'est un retour laborieux, le 18 juin 1940 ( le 18 est la date de libération sous ordres des officiers) mais on ne connait pas réellement la date de sa réapparition parmi les siens.Il rejoint  la résistance mai 1944(certainement fin 1943, selon divers témoignages) et  rentre dans le maquis du canton de Moulins-la-Marche.A la tête du groupe,Lincker Jean dit "Golf".Ils étaient membres du MLN et de L'OCM.Leur secteur Courtomer, Aube,Moulins-la-Marche, département 61.Jean, un ami fidèle du Soldat laffite!

Président Doumer

(Le Président Doumer dans les eaux Norvégiennes, Avril 1940 )

Pour sûr, Linker séjournait avec l'ensemble de sa famille à la ferme de Laffite, la Briqueterie dans le village de Aube (61), histoire légendaire et apparenté à la vie de la Comtesse de Ségur.Si vous analysez bien le document ci-dessous , Lincker n'a pu apparaitre en 1944 ! Il se cachait depuis de longs mois dans cette ferme.La preuve est le journal du soldat laffite et divers témoignages.Linker Jean, ami de Henri Laffite, était le parrain d'un de ces fils...........................................

 

L'objectif de mes recherches et du déplacement à Narvik (Norvège)

Le but principal était de confondre les éléments et documents retrouvés, une tâche éprouvante en cette période de l'année, l'hiver, encore présent dans le nord du pays.Sans moyen de transport, seul, quelques mots d'anglais dans ma "musette",  je décide de prévenir une association sur place en la personne de Rolf Mokkelbost Président du Souvenir Français en Norvège .48Heures précédent le départ, tout s'enchainait.

Narvik musée1

Effectivement , rendez-vous pris avec les instances représentatives , Souvenir Français, Kommune de Narvik Muséum War Narvik.Le Lundi 15 Avril 2013, 12heures, réception au Muséum War Narvik. L'organisation devait donc être différente.Je décidais de joindre à cette surprise une future "donation": les copies du journal de mon grand-père.Attendu, j'avais l'obligation de traverser le fjord de Bogen en passant par Bjerkvik (au lieu d'un débarquement français en 1940, le premier de la Seconde Guerre Mondiale! ) et rejoindre Narvik.1heure de route en car! Anxieux, divers responsables, le conservateur du Muséum et un interprète pour cette occasion se regroupaient à l’intérieur du Museum.Je me présentais avec une demi-heure de retard ,en détournant faiblement mon regard sur le fameux char Hotchkiss, exposé à droite, devant l'entrée du Muséum War Narvik.L’accueil émouvant, un conservateur rassuré, qui avait préparé un bon petit déjeuner à l'anglaise, un interprète d'une grande compétence et un Museum , riche en exposition, mon rêve prémonitoire se réalisait. Pendant quatre jours, j'arpentais le champ de bataille, les cimetières de recueillement, les rues de Narvik, Bogen et Bjerkvik et m'enfermais la journée du mercredi au Muséum War Narvik.Je pouvais donc reprendre l'histoire de la bataille de Narvik et confirmer les dires de mon grand-père canonnier.

Laffite et interprete

(Photo prise au monument dédié aux soldats Français pour la prise de Narvick.Il est situé à  1km (environ) de l'entrée Nord de la ville, route menant à Bjerkvik et face à une colline ou de terribles combats opposèrent légionnaires et allemands.Au mont de cette"petite montagne" se cachaient des artilleurs allemands qui  étaient embusqués dans les tunnels ferroviaires.Ils profitaient bien-sûr de ces abris pour tirer sur les navires et hommes de troupes).

Carte de bataille Narvik (Photo  (Muséum War Narvik)

 

Fier de mes convictions, je plantais deux drapeaux dans le sol encore glacé de Narvik et Bjervik:

      -Français et Normand.............

Laffite rapporta dans ses mémoires l'aventure d'un groupe de légionnaires s'attaquant à des avions Allemands immobilisés sur un glacier proche de Narvick.
Tel un journaliste, il exploitait les informations du moment pour ensuite les mémoriser dans son cahier journal (Photos Muséum War Narvick)

 

(cliquez pour agrandir)

Ma déclaration au Journal FREMOVER, présent lors de cette Commémoration, "Pour tous les soldats Français et Normands, ayant combattu à Narvik , terre Norvégienne".

Je cherchais ensuite la tombe du soldat Allègre, malheureusement, la glace ,la neige de fin de saison envahissaient le cimetière.Je devais donc attendre la fin de semaine, le commencement du dégel , pour réaliser une photo, et pour retrouver l'inscription du deuxième soldat du groupe 2ème GAAC (10 ème R.A.C) tué lors de la prise de Narvik.

 

Hommage aux soldats Français Narvik

 

Hommage aux soldats Français BjerkvikDrapeaux hommage aux soldats Narvik

 

Cette action bien que difficile était nécessaire.Devant l'immobilisme de ma famille ,je me suis donc résigné à apporter, à offrir les copies du cahier journal de mon grand-père Henri Laffite à la Norvège.De peur qu'elles ne se perdent à tout jamais ! J'assume le geste.Je l'ai réalisé pour Le soldat Laffite et son fils, mon Père, auquel je dédie cet article.         

Gilles Laffite, administrateur site geneahistoire-normandie.fr

 

 Remerciements:

Souvenir Français

La Norvège et ces habitants

Narvik Kommune

-Fremover.no

-Muséum War Narvik

-A l'ensemble de la famille Laffite et aux personnes qui ont contribué à ce voyage.

Je ne remercie pas la presse normande qui n'a que du discrédit pour le militantisme régional (2013).C'est navrant !

Elle devrait prendre exemple sur les norvégiens....la 1er page de fremover.no, pas mal pour ce soldat, MERCI ! 

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ce site utilise des cookies.En naviguant sur geneahistoire-normandie.fr vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies.